Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Logo du site

Accueil > Communiqués, déclarations > En réponse à l’article publié par M. Polverini

En réponse à l’article publié par M. Polverini

Cf. Article paru le 19 avril 2009 dans Corse Matin : fichier pdf joint

En réponse, le communiqué du Collectif :

« La révision du Plan d’Elimination des Déchets Ménagers et Assimilés (Piedma) va permettre d’exclure la solution de l’incinérateur »  : cette déclaration de M. Jérôme Polverini, président de l’Office de l’Environnement, dans Corse Matin du 19 avril 2009 est malheureusement trompeuse.

Le projet de Plan d’Aménagement et de Développement Durable (Padduc) prévoit en effet la révision du Piedma, mais il en définit à priori les choix stratégiques : « traitement par la voie de la valorisation énergétique (…). Le traitement par valorisation énergétique des déchets qui n’ont pas été triés pour recyclage ou compostage (déchets résiduels), consiste à les brûler dans un incinérateur pour produire de la chaleur ou de l’électricité."
Le Padduc ayant force de loi sur le Piedma, il réintroduit subrepticement l’incinération dans le futur plan des déchets.

Le projet de Padduc mentionne également : « Cette installation serait localisée à proximité immédiate de la voie ferrée, (…)la priorité est en effet donnée à la voie ferrée pour le transport des déchets ».
Transport par voie ferrée, centralisation, incinération : le Padduc reconduit donc le Piedma voté en 2002 sur le point crucial du traitement.

La révision portera-t-elle essentiellement sur le nombre de fours ou la hauteur de la cheminée de l’usine d’incinération ?!!!

Dans ses propos, M. Polverini laisse entendre que "trois techniques différentes de l’incinération, présentées comme alternatives à l’incinérateur, permettent la nécessaire valorisation énergétique : la pyrolyse, la gazéification et la méthanisation".

La pyrolyse et la gazéification, voisines de la thermolyse, sont bien des procédés d’incinération limitant l’apport d’air. Mais elles ne sont ni adaptées aux déchets ménagers humides, ni utilisées en France sur ce type de déchets.

Quant à la méthanisation, contrairement à ce qu’affirme M. Polverini, elle n’est pas une technique d’incinération. C’est un procédé biologique sans combustion, ni création de polluants, qui produit du gaz méthane et un digestat de matières organiques à valeur fertilisante et amendante pour les sols. Sans danger pour la santé et l’environnement, la méthanisation est préconisée à proximité de gisements de bio déchets fermentescibles suffisamment importants. Ce type de valorisation énergétique à partir de la combustion du gaz nécessite une nouvelle organisation dans le plan d’élimination des déchets.

Par ailleurs, M. Polverini, s’appuie sur le projet de loi Grenelle 1 pour justifier le choix de l’incinération. Il ne retient qu’une phrase de l’article 41 : « …le traitement des déchets résiduels doit être réalisé prioritairement par la valorisation énergétique ».
Or ce projet de loi, qui traite de l’ensemble de la politique des déchets, ne mentionne ce traitement qu’en quatrième position : la priorité dans la hiérarchie est donnée à la prévention, puis au réemploi, au recyclage, avant la valorisation énergétique des déchets résiduels et l’élimination.
En essayant de justifier légalement l’incinération il montre clairement qu’il est favorable à ce mode de traitement.

En outre, la légalité n’exclut pas les dangers : rappelons-nous, par exemple, le drame de l’amiante. Son utilisation en France était légale jusqu’en 1997, alors que de nombreux pays l’avaient interdite progressivement dès les années 1980.

L’abandon de l’incinération sous toutes ses formes, ne peut être acté que par une mention explicite dans le Padduc en préparation.

Si les conseillers de l’assemblée de Corse votent en 2009 le texte du projet de Padduc présenté par l’Exécutif, ils voteront pour l’incinérateur, quelles que soient les déclarations rassurantes.

24 avril 2009

P.-S.

Le projet de PADDUC, dans sa première mouture de 2009, fut retiré du vote de l’Assemblée de Corse lors de la session du 15 juin 2009.

Pour en savoir plus sur les différentes méthodes de valorisation énergétique, thermiques ou non : http://www.ademe.fr et dans notre rubrique "Types de traitement".

 

Répondre à cet article

Site réalisé avec SPIP | Squelette BeeSpip