Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Logo du site

Accueil > Communiqués, déclarations > Abandon de l’incinérateur, toujours des promesses !

Abandon de l’incinérateur, toujours des promesses !

Le 5 mai dernier, devant l’Assemblée de Corse, le Syvadec a opté pour la création d’unités de tri mécano biologique (TMB) pour traiter les déchets ménagers.

A condition d’être accompagnée d’un renforcement du tri à la source, notamment par une collecte séparative des déchets organiques, il s’agit d’une bonne solution car elle est sans danger pour la santé, adaptée aux pointes de production saisonnière liées au tourisme et présente un coût de traitement raisonnable.

Toutefois, une lecture attentive du rapport du Syvadec laisse apparaître une valorisation énergétique des Combustibles Solides de Récupération (CSR), estimés à 26 % des déchets admis dans les usines de tri. Constitués de bois, papiers cartons et plastiques ils seraient brûlés soit dans des installations fortement consommatrices en énergie (cimenteries, etc.) sur le continent ou en Sardaigne, soit localement dans des « sites de production d’électricité ».

Dans cette dernière option on les brûlerait pour faire de l’électricité, c’est-à-dire dans de vulgaires incinérateurs !

Brûler toutes sortes de matières plastiques, polystyrène, PVC, bois traités et autres matériaux complexes est particulièrement polluant et dangereux pour la santé. Le Syvadec propose donc, soit de polluer ailleurs, soit de polluer localement, mais avec l’alibi d’une production d’électricité au rendement dérisoire.

La rédaction du rapport a été modifiée dans certaines versions, depuis sa présentation à l’Assemblée de Corse ! (www.syvadec.fr). Le Syvadec parle toujours de valorisation énergétique mais précise qu’il n’envisage pas de réaliser d’installations en Corse, en complément des usines de tri mécano biologique. Les incinérateurs « en tenue camouflée » auraient-ils disparu ??? A suivre…

La vigilance s’impose, car le Syvadec n’a pas de pouvoir de décision. Le Plan des déchets adopté par l’Assemblée de Corse et validé par le Préfet en 2002 (Piedma) est toujours en vigueur tant qu’il n’est pas révisé.

De plus le projet de Padduc (Plan d’Aménagement et de Développement Durable de la Corse), s’appuyant sur ce Piedma et le gros incinérateur version Syvadec 2006, n’a pas fait l’objet du débat tant attendu. Il a été retiré par le Président de l’Assemblée de Corse, lors de la session extraordinaire qui lui était consacrée le 15 juin 2009. Les dossiers importants pour l’aménagement et le développement de la Corse sont donc en suspens jusqu’à l’échéance des élections territoriales de mars 2010. Pourtant il y a urgence, notamment pour la gestion des déchets. Il s’agit de notre santé, de notre environnement et de notre pouvoir d’achat !

Voir en ligne : http://www.syvadec.fr/L-Assemblee-d...

P.-S.

La valorisation énergétique par incinération est toujours prévue dans le rapport du Syvadec, présenté le 4 mai 2009 à l’Assemblée de Corse.

Puis la page 13 a été modifiée : les "sites de production d’électricité" ont étrangement disparu... Pourtant lors première réunion de la commission de révision du Piedma, le Président de l’Office de l’Environnement de la Corse a clairement exprimé le choix de faire de la valorisation énergétique : méthanisation ou gazéification. La méthanisation serait une solution, si elle est économiquement rentable, car elle ne créé pas les polluants de l’incinération. Mais pour gazéifier des déchets il faut les brûler : de l’avis même de l’ADEME et de tous les spécialistes, ce procédé extrêmement coûteux n’est pas applicable aux déchets ménagers et assimilés car il ne permet pas de parvenir à un bilan énergétique acceptable (c’est-à-dire positif) en termes de production électrique.

Voir la page 13 du Rapport du Syvadec, avant et après modification (document pdf joint)

Documents joints

 

2 Messages

  • Autonomie , par BaronMariani
    Le 28 juin 2009 à 11:16

    Bonjour,

    Je me suis engagé dans une démarche de traitement des déchets produits sur ma propriété.

    Pour l’instant, ils s’accumulent, à vive allure.

    Que faire du verre ? Que faire du plastique ? Que faire des emballages ? Que faire des piles, etc, etc.

    Pour l’instant, j’entrepose, mais ça ne peut pas durer longtemps.

    Je cherche donc des têtes et des bras. Des conseils et des actes.

    Mon objectif est de déclarer mon autonomie en matière de déchet, autant que faire se peut. J’aimerai entrer en contact avec d’autres engagés dans des démarches similaires. 06 78 05 94 81.

    Mettre tout à la poubelle est une facilité, mais je m’aperçois que c’est aussi la politique de l’autruche.

    D’avance, merci

    Jean Hugues Robert, Château Mariani, in Corti

Répondre à ce message

  • Incinérateur ....... Unité de valorisation Energétique , par ARIA LINDA
    Le 3 juillet 2009 à 05:11

    L’incinérateur sort par la porte .......et revient par la fenêtre déguisé en UVE.

    .

    Le Développement Durable est devenu un fond de commerce,

    les industriels sont devenus de grands illusionnistes,

    certains de nos élus restent des papillons de nuit,

    ... fascinés par leurs lumières !

Répondre à ce message

Répondre à cet article

Site réalisé avec SPIP | Squelette BeeSpip