Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Logo du site

Accueil > Santé > Les dioxines nous contaminent toujours... et pour longtemps

Les dioxines nous contaminent toujours... et pour longtemps

Le 10 mai 2010,

Une récente étude de l’EFSA, l’Autorité européenne de sécurité des aliments, a révélé que plusieurs catégories d’aliments consommés en Europe étaient toujours contaminées par des dioxines, furanes et PCB (dit « PCB dioxin like »). 8 % des 7000 échantillons étudiés dépassent même les niveaux maximaux fixés par la législation européenne. Le foie (des poissons en particulier) et les produits dérivés du foie sont les aliments les plus contaminés par les dioxines et apparentés.

Parmi les sources anthropiques de production de dioxines, l’EFSA cite l’incinération des déchets municipaux parmi les sources principales. Quand bien même les rejets totaux auraient diminué par rapport aux années 1990 suite à la mise aux normes des usines, les effets toxiques des dioxines sur la santé, à très faible dose et sur des périodes de temps importantes, n’ont pas pour autant disparu.

En raison de leur caractère bioaccumulable, la chaîne alimentaire est aujourd’hui contaminée à la fois par les dioxines produites « hier » et continuera à l’être par les dioxines produites « aujourd’hui » si nous ne stoppons pas certaines sources d’émissions comme les incinérateurs de déchets.

Cette étude a porté sur l’analyse de 25 types de « dioxines » différentes mais toutes constituées de molécules de chlore. Une autre forme de dioxines, moins étudiée, agit pourtant déjà dans l’ombre : les dioxines bromées. Elles pourraient se révéler autant, sinon plus toxiques que les dioxines chlorées. « Peu d’informations sont aujourd’hui disponibles quant au mécanisme toxique et au niveau de l’exposition humaine à ces composés, qui sont possiblement dotés d’un potentiel toxique et cumulatif similaire à celui de leurs homologues chlorés » (Institut de l’information scientifique et technique – INIST).
Les retardateurs de flamme bromés (RFB) constituent la principale source de brome et leur utilisation a justement connu un boom ces dernières années (appareils électriques et électroniques, textiles,…).

Chlore et brome ont pour point commun de se retrouver dans nos incinérateurs où toutes les conditions sont réunies pour la production de nouvelles dioxines (combustion à une température donnée de molécules organiques mélangées à du chlore ou du brome). Ces molécules émises en sortie des cheminées des usines pourraient constituer la nouvelle bombe chimique à retardement dans les années qui viennent.

- Plus d’infos sur l’étude de l’EFSA
- Plus d’infos sur les retardateurs de flamme bromés

Contact :
Sébastien Lapeyre

Voir en ligne : http://cniid.org/Les-dioxines-nous-...

Répondre à cet article

Site réalisé avec SPIP | Squelette BeeSpip