Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Logo du site

Accueil > Incinérateurs, TMB, Incidents, Dysfonctionnements > Un fiasco danois : l’usine d’incinération de Copenhague

Un fiasco danois : l’usine d’incinération de Copenhague

Publié par Zero Waste Europe le 8 novembre 2019 Auteur : Johan Madsen
Directeurs de publication : Grainne Murphy, Janek Vahk et Mariel Vilella

Amager Bakke est une nouvelle usine d’incinération moderne située à Copenhague. C’est également une leçon sur les processus décisionnels douteux, la mauvaise planification des projets et les échecs économiques et environnementaux.

NDLR : IDA AUKEN, Députée et ancienne ministre de l’environnement
« Quand tu as un marteau, tu commences à chercher un clou, non ? Donc si tu as un énorme incinérateur, tu vas commencer à chercher des choses à brûler »

« Regardez ce reportage sur Arte "vox pop" sur l’incinérateur surdimensionné au Danemark

Le nouvel incinérateur promet

L’histoire de la nouvelle usine d’incinération située dans le nord-est d’Amager remonte à 2009 (1). Les cinq municipalités propriétaires de l’usine d’incinération Amager, vieille de 40 ans - Dragør, Frederiksberg, Hvidovre, Copenhagen et Taarnby (2) - se sont engagées à construire un nouvel incinérateur d’une capacité de 560 000 tonnes par an, pour un coût de 534 millions d’euros ( 3)

Le nouvel incinérateur a été construit sur la promesse d’avantages supplémentaires en termes d’efficacité énergétique et d’environnement. Par rapport à l’incinérateur âgé de 40 ans qu’il a remplacé, il devrait produire 20% de chaleur et d’électricité en plus par tonne de déchets incinérés, émettre moins de fumée et réduire la pollution de l’air de plus de 50% par tonne de déchets traités. L’usine serait également en mesure de brûler de la biomasse en cas de pénurie de déchets, ce qui créerait une énergie et une chaleur neutres en carbone, ainsi que des avantages économiques (4).

La capacité totale de la nouvelle usine d’incinération est de 560 000 tonnes de déchets par an, gérée par deux lignes de fours d’une capacité de 30 à 35 tonnes de déchets par heure. À titre de comparaison, l’ancienne usine disposait de quatre lignes de chaudières, chacune d’une capacité de 15 tonnes de déchets par heure, et d’un permis de combustion de 440 000 tonnes de déchets par an.

Dans ses efforts pour devenir un élément du développement durable, l’incinérateur Amager Bakke a changé de nom et s’appelle désormais Amager Resource Center (ARC) et s’est engagé à dépenser 8 millions d’euros supplémentaires pour explorer des technologies alternatives. À cette fin, une nouvelle usine de tri des déchets a été construite à côté de l’incinérateur, avec un espace pour stocker les déchets ménagers et le recyclage.

Mais s’agit-il vraiment d’une initiative environnementale historique ? Une par une, les promesses faites par les partisans du projet ont été brisées, ce qui en fait un symbole des aspirations environnementales non réalisées du Danemark, qui risque de voir ses objectifs en matière de climat et d’énergie compromis pour les décennies à venir.

Un contexte controversé

L’incinérateur d’Amager est controversé depuis sa création, son modèle financier s’avérant particulièrement litigieux.

En janvier 2012, le projet d’incinérateur Amager Bakke s’est vu refuser une garantie de prêt de 534 millions d’euros de la municipalité de Copenhague. Au lieu de construire une grande usine d’incinération, la municipalité souhaitait une usine d’une capacité inférieure et davantage axée sur le recyclage et la réutilisation. La ville était particulièrement préoccupée par le fait que la construction d’un grand incinérateur pourrait indiquer à la population que la combustion de matières autrement recyclables est acceptable (à côté des autres complications inhérentes à un incinérateur surdimensionné) (5).

En dépit de l’approbation de trois des cinq municipalités (6), la municipalité de Copenhague a sollicité un autre appel d’offres comportant un four plus petit. Cela a été rejeté par le conseil d’administration d’Amager Bakke au motif que ce n’était pas économiquement viable. Cet argument était discutable, étant donné que le projet était presque terminé en raison de finances médiocres.

Au cours de l’été 2012, après une série de négociations secrètes, la municipalité de Copenhague a décidé d’approuver les plans, avec des modifications mineures. Ceci en dépit du fait que le nouveau projet bloquerait le traitement des déchets à incinérer par la municipalité pendant 30 à 40 ans et compromettrait son plan climat (7). Le coût de l’installation était également problématique, ce qui serait nettement plus élevé que d’autres projets similaires menés au Danemark (8). En outre, il a été convenu que l’usine ne pourrait pas importer de déchets pour l’incinérateur.

Une décision vue de haut en bas

Pourquoi ce revirement dans la position du conseil municipal de Copenhague ? Le journal danois Finans (9) suggère que la responsabilité incombe à Bjarne Corydon, alors ministre des Finances, dont les sociaux-démocrates étaient au pouvoir au Danemark en 2012. Bien qu’il soit inhabituel que des ministres s’impliquent dans des projets locaux, la circonscription de Corydon est la ville d’Esbjerg , où est basée Babcock & Wilcox Vølund - la société fournissant le four pour l’incinérateur -. C’est son implication active dans l’affaire qui a vu la municipalité de Copenhague (historiquement tenue par les sociaux-démocrates) changer d’avis. Son ingérence signifiait que le projet était approuvé et qu’ils (Babcock & Wilcox) évitaient une perte potentielle de 0,5 milliard d’euros, alors même que l’analyse de rentabilisation n’était pas viable (10).

Problèmes actuels

La nouvelle usine d’incinération a été dûment construite et a commencé à fonctionner en 2017 (11). Bien que présentée comme une technologie d’incinération à la pointe de la technologie, le processus décisionnel a négligé plusieurs problèmes essentiels, qui sont devenus depuis des problèmes pour l’usine.

Tout d’abord, l’usine est trop grande. Pour fonctionner à pleine capacité, il faudrait utiliser des déchets importés, ce qui était initialement interdit. Cependant, en 2016, les cinq municipalités propriétaires d’Amager Bakke ont modifié l’accord initial autorisant les déchets importés afin de rendre le projet économiquement viable (12). Les estimations initiales des quantités de déchets étaient trop faibles, tandis que la diminution des volumes de déchets aurait entraîné la faillite de l’usine après quelques années. Les municipalités ont été contraintes d’ajuster les prévisions de 480 000 à 350 000 tonnes de déchets par an, malgré la capacité maximale de l’usine d’incinération de 560 000 tonnes. Désormais, non seulement l’usine autorise les déchets importés, mais elle permet également à la combustion de la biomasse de satisfaire sa demande énorme, ce qui est une nouvelle fois contraire à l’accord initial (13).

Rien qu’en 2018, il a brûlé environ 30 000 tonnes de déchets, principalement des îles britanniques (15). Les partisans de l’usine ont continué à justifier les avantages environnementaux de l’importation de déchets, mais il est clair que leurs arguments relatifs au cycle de vie ne sont pas étayés, les déchets importés étant du papier sec, du plastique, du carton et entre 15 et 40% de plastique, qui sont tous recyclable. De même, Ea Energy Analysis souligne l’absence d’avantages environnementaux, son rapport montrant que l’empreinte carbone augmente lorsque l’absence d’attention particulière est accordée à la réduction de la quantité de plastique dans les déchets (16). En effet, la matière première du plastique est du pétrole brut. Par conséquent, lorsque nous brûlons du plastique, nous brûlons essentiellement du carbone fossile, dont le taux d’émission de CO2 est plus élevé.

Après 10 ans de développement du projet, plusieurs plans de sauvetage et l’ingérence du ministre des Finances, l’incinérateur continue à se débattre avec des problèmes financiers et techniques. En 2016, par exemple, les fournisseurs de fours Babcock & Wilcox Vølund ont découvert une erreur dans les fours. Le retard qui en a résulté a entraîné une perte de plusieurs millions d’euros pour la société ainsi que pour ARC (17).

En 2017, l’usine a été fermée pendant 14 jours, lorsqu’une erreur de conception dans le compensateur a empêché celle-ci de gérer les changements de température.

Outre ces problèmes techniques, la centrale ne peut pas fonctionner à pleine capacité pendant les mois d’été, car la surproduction qui en résulte (18) signifierait que les autres centrales ne pourraient pas distribuer leur chaleur et leur électricité (et seraient forcées de fermer). En été, une seule ligne est donc exploitée à Amager Bakke.

Pour pallier ces problèmes financiers et techniques, le nouveau plan de financement d’ARC prévoit d’assumer la responsabilité de la collecte des déchets en tant que moyen de générer des revenus. Cela permettrait à ARC de prendre en charge la gestion de la collecte des déchets de quatre sociétés privées. En tant que ramasseur de déchets, ARC serait sous contrat avec la ville de Copenhague. Cela a cependant un prix, car l’ARC coûtera 13 millions d’euros de plus que les entrepreneurs privés (19).

L’usine n’est pas à jour dans le domaine de la production d’énergie. Le professeur agrégé Brian Vad Mathiesen de l’Université Aalborg explique qu’il existe de bien meilleures façons de créer de la chaleur et de l’énergie que de brûler nos ressources. Il note qu’un accent sur les pompes à chaleur, la géothermie et la chaleur solaire serait nettement plus avantageux. Les investissements qui sont faits dans la technologie aujourd’hui devraient être reliés de manière à ce que la principale source d’énergie provienne de l’énergie éolienne et que les productions provenant de sources d’énergie non durables soient adaptées à cette production (20).

En conclusion, en tant que projet d’incinération de déchets, l’ARC est un fiasco technique et financier, caractérisé dès le départ par un manque de jugement qui ignorait les conseils d’experts et par une gestion de projet en contradiction avec les propres plans de gestion des déchets et de climat des municipalités. En conséquence, Copenhague dispose désormais d’une usine d’une capacité d’incinération double de la taille requise et risque de devoir importer de plus en plus de déchets étrangers pour pouvoir continuer à fonctionner. Étant donné qu’il est financé par un prêt de 30 ans, ce sont les contribuables danois qui paieront le prix de ces déchets.

NOTES

1. Wittrup, S. Ingenøren, 16 August 2016. Available at : ing.dk/artikel/amager-bakke-faar-alligevel-lov-at-importere-affald-185915 
2. Amager Resource Centre (2019). Available at : a-r-c.dk/om-arc/organisation
3. Wittrup, S. Ingenøren, 16 August 2016. Available at : ing.dk/artikel/amager-bakke-faar-alligevel-lov-at-importere-affald-185915
4. Miljøstyrelsen (2012). Amagerforbrænding – Nyt affaldsbehandlingscenter. Miljøstyrelsen.
5. Cradlepeople, 14 September 2012. Available at : cradlepeople.dk/ressourcer-op-i-rog/
6. Wittrup, S. (2012). Ingenøren. Available at : ing.dk/artikel/amagerforbraending-truer-borgerrepraesentationen-med-oploesning-126063
7. Bredsdorff, M. and Wittrup, S. ‘Hemmelige forhandlinger : Amager får sit kæmpe-anlæg til at brænde affald’. Ingenøren, 3 September 2012. Available at : ing.dk/artikel/hemmelige-forhandlinger-amager-faar-sit-kaempe-anlaeg-til-braende-affald-131783                                              In the first year of its operation, the plant emitted approximately 131,000 tons of CO2, equivalent to annual emissions of over 28,000 passenger cars (European Pollutant Release and Transfer Register (E-PRTR). Available at : prtr.eea.europa.eu/#/facilitylevels). 
8. Bredsdorff, M. and Wittrup, S. ‘Hemmelige forhandlinger : Amager får sit kæmpe-anlæg til at brænde affald’. Ingenøren, 3 September 2012. Available at : ing.dk/artikel/hemmelige-forhandlinger-amager-faar-sit-kaempe-anlaeg-til-braende-affald-131783 
9. Martini, J. and Sandøe, N. ‘Finans Corydon kritiseres for lyssky rolle i skandalesagen om Amager Bakke’. Finans, 22 August, 2016. Available at : finans.dk/finans/erhverv/ECE8939419/corydon-kritiseres-for-lyssky-rolle-i-skandalesagen-om-amager-bakke/ ?ctxref=ext
10. Martini, J. and Sandøe, N. Corydon kritiseres for lyssky rolle i skandalesagen om Amager Bakke. Finans, 22 August 2016. Available at : finans.dk/finans/erhverv/ECE8939419/corydon-kritiseres-for-lyssky-rolle-i-skandalesagen-om-amager-bakke/ ?ctxref=ext
11. ARC. Available at : a-r-c.dk/om-arc/presse/amager-bakke
12. Wittrup, S. Ingenøren, 10 August 2016. Available at : ing.dk/artikel/amager-bakke-faar-alligevel-lov-at-importere-affald-185915
13. Wittrup, S. Ingenøren, 26 August 2015. Available at : ng.dk/artikel/affaldsmangel-truer-amager-bakkes-oekonomi-178234 
14. Søgaard, J. 10 September 2019. Available at : ctwatch.dk/article11606115.ece
15. Wittrup, S. Ingenøren, 12 August 2016. Available at : ing.dk/artikel/miljoeorganisation-affaldsimport-amager-bakke-kan-aldrig-blive-gevinst-klimaet-186002 ?fbclid=IwAR0zIbgKMfhfMs-KQbhPDPdfYR7sCUUoN8WsgyrnLZUtBmHwZ2UIyfVv4JA
16. Ea Energianalyse (2016). El, Varme og affaldsforbrænding – Analyse af økonomi ved import af affald i et langsigtet perspektiv. Available at : ea-energianalyse.dk/reports/1603_el_fjernvarme_affaldsforbraending_import.pdf
17. Martini, J. and Sandøe, N. ‘Topchef får sparket efter kæmpetab på prestigeprojektet Amager Bakke’. Finans, 1 January 2017. Available at : finans.dk/finans/erhverv/ECE9330270/topchef-faar-sparket-efter-kaempetab-paa-prestigeprojektet-amager-bakke/ ?ctxref=ext
18. Søgaard, J. 10 September 2019. Available at : ctwatch.dk/article11606115.ece
19. Martini, J. and Sandøe, N. Finans, 22 May 2018. Available at : From finans.dk/erhverv/ECE10621182/redningsplanen-er-kuldsejlet-100-skraldebiler-skal-redde-kriseramte-amager-bakke/ ?ctxref=ext
20. Bredsdorff, M. and Wittrup, S. ‘Hemmelige forhandlinger : Amager får sit kæmpe-anlæg til at brænde affald’. Ingenøren, 3 September 2012. Available at : ing.dk/artikel/hemmelige-forhandlinger-amager-faar-sit-kaempe-anlaeg-til-braende-affald-131783

Voir en ligne : https://zerowasteeurope.eu/2019/11/...

Répondre à cet article

Site réalisé avec SPIP | Squelette BeeSpip