Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Logo du site

Accueil > Incinérateurs, TMB, Incidents, Dysfonctionnements > Pollution à la dioxine issue de l’ancien incinérateur de Lausanne

Pollution à la dioxine issue de l’ancien incinérateur de Lausanne

Article publié par Radio Télévision Suisse le 12 octobre 2021

Découverte en début d’année, la pollution des sols aux dioxines concerne une bonne partie de Lausanne : du centre-ville à Sauvabelin. Dans les deux zones les plus touchées, le canton recommande de ne plus consommer les oeufs et les cucurbitacées produits sur place.

La conseillère d’Etat Béatrice Métraux a présenté lundi un état des lieux qui précise le périmètre concerné par la pollution aux dioxines et furanes. "C’est une projection sur la base des 126 sites qui ont été analysés", a-t-elle expliqué devant la presse.

>> Relire : De la pollution aux dioxines découverte dans les sols de Lausanne

La zone s’étend sur une grande partie du territoire lausannois, mais aussi sur le sud des communes du Mont-sur Lausanne et d’Epalinges. Pully et Prilly sont marginalement concernées. Selon les investigations, qui sont toujours en cours, il semble se confirmer que les fumées de l’ancienne usine d’incinération du Vallon sont en cause.

Quatre zones principales concernées

Une carte, consultable sur le site du canton, donne une image plus précise. Cette modélisation délimite quatre zones dont le canton a estimé le niveau probable de concentrations de dioxines (dès 20 ng/kg). Au centre, le niveau - le plus élevé - dépasse les 200 ng/kg.

"L’étendue définitive du secteur concerné dépendra de la méthode de référence retenue par l’Office fédéral de l’environnement", a précisé Cornelis Neet, Directeur général de l’environnement.

Restrictions de consommation

Le canton a décidé de restreindre l’usage des sols lorsque le seuil de 100 ng/kg est atteint. Ces restrictions - qui sont des recommandations - concernent la consommation d’aliments provenant des terrains pollués, notamment de jardins familiaux.

Les cucurbitacées (courges et courgettes), qui accumulent les dioxines, sont particulièrement concernées. De même que les oeufs de poules élevées dans certains secteurs.

Autre article publié par 24 h le 19 mai 2021

50 ans de rejets polluants - La vieille usine du Vallon était pourtant une amélioration
https://www.24heures.ch/la-vieille-usine-du-vallon-etait-pourtant-une-amelioration-787589091875

Voir en ligne : La pollution aux dioxines touche une bonne partie de la Ville de Lausanne

Répondre à cet article

Site réalisé avec SPIP | Squelette BeeSpip